Aller au contenu principal
28°C

Fil d'Ariane

Accueil CITY GUIDE Street Art

Street Art

Casamouja, urban art wave, projet organisé par Casablanca Events et Animation (CEA), est une réelle touche d’esthétisme dans l’espace public ajoutée par des street artistes.

Des graffeurs professionnels marocains et étrangers embellissent les murs de la capitale économique du royaume avec des graffitis hauts en couleur.

Un nouveau souffle pour les murs de Casablanca, une dose d'énergie et un plaisir visuel quotidien pour les bidaouis.

Deuxième bowl du Skare Park Place Rachidi

Lire Plus +

Deuxième bowl du Skare Park Place Rachidi

Premier bowl du Skate Park Place Rachidi

Lire Plus +

Premier bowl du Skate Park Place Rachidi

Poze (Yann Chatelin)

Lire Plus +

Poze (Yann Chatelin)

Amin Brush

Lire Plus +

Amin Brush

Sitou

Lire Plus +

Sitou

Nofal

Lire Plus +

Nofal

Moh

Ser & Krafts

Lire Plus +

Ser & Krafts

Socrome

Lire Plus +

Socrome

ST4 The Project

Lire Plus +

ST4 The Project

Dynam, Med, Older et Bakr

Lire Plus +

Dynam, Med, Older et Bakr

Abid

Zepha

Lire Plus +

Zepha

OLDR

MED

BAKR

MOKA

AMIN BRUSH - AMOUR

Lire Plus +

AMIN BRUSH - AMOUR

RESIDENCE : IRAMO & DYNAM - L’ADO REBELLE

Lire Plus +

RESIDENCE : IRAMO & DYNAM - L’ADO REBELLE

DYNAM INGRID BERGMAN

Lire Plus +

DYNAM INGRID BERGMAN

MAJID EL BAHAR - DREAM DE LA SERIE DE PORTAIT « DEEP PURPLE »

Lire Plus +

MAJID EL BAHAR - DREAM DE LA SERIE DE PORTAIT « DEEP PURPLE »

SAM KIRK - SISTER CITIES

Lire Plus +

SAM KIRK - SISTER CITIES

KALAMOUR - ENTRE TRADITION ET MODERNITE

Lire Plus +

KALAMOUR - ENTRE TRADITION ET MODERNITE

IRAMO - TO THE MOON AND BACK

Lire Plus +

IRAMO - TO THE MOON AND BACK

OKUDA - Mother Power

Lire Plus +

OKUDA - Mother Power

PEST - PLUSTIC - DASHE

Lire Plus +

PEST - PLUSTIC - DASHE

ED ONER

Lire Plus +

ED ONER

Danae

Lire Plus +

Danae

WERC

ROA

Deuxième bowl du Skare Park Place Rachidi

Le second bowl est encore plus coloré que le premier.
Une explosition de couleurs qui n’est autre que le résultat de la collaboration de plusieurs street artistes : @brush.amin @ser.oner @abidwane @socrome @mr.skerone @med.zed1 @deyaaone @kraftsxali avec l’association @alouane_bladi

Premier bowl du Skate Park Place Rachidi

Résultat de plusieurs échanges avec les skateurs, beaucoup de couleur et un travail collectif des street artistes Abid, Amine Brush, Mehdi Zemouri, et Ser avec l’assciation @alouane_bladi.
comptes instagram des artistes @abidwane @brush.amin @med.zed1 @ser.oner

Poze (Yann Chatelin)

Dans le cadre de Casamouja 2019, le français Poze (Yann Chatelin) vient d’inscrire son empreinte, sur une façade de 18 m sur 12 m, donnant sur le boulevard Ghandi. La perte de la capacité de l’homme à mémoriser, à s’orienter ou même à écrire ; cet assistanat croissant de l’homme par rapport aux nouvelles technologies est au cœur de cette œuvre très forte. « L’idée est ici d'insister sur la fragilité de l'homme et la force de l'écriture, symbole du savoir. Dans une ère ultramoderne, chaque nouveau progrès technique rend l'espèce humaine un peu moins puissante et l'éloigne de la connaissance. En effet, assisté par les nouvelles technologies, l'humain perd sa capacité à mémoriser, s'orienter, écrire, etc. Ceci est représenté dans ce mural par un portrait qui s'efface, disparaît recouvert d'une écriture propre et imposante. La personne représentée est Gordon Parks, photographe américain, un des premiers photo journaliste afro-américain qui lutta contre l'exploitation des Afro-Américains sur les chantiers dans les années 50. J’ai voulu lui rendre hommage », a indiqué l’artiste. Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @yannchatelin

Amin Brush

L’œuvre de l’artiste marocain Amin Brush est un hommage aux anciennes générations, à leur savoir et à leur mode de vie. L’image centrale représente un homme d’un âge certain portant un couvre-chef traditionnel et, en arrière-plan une kasbah, ainsi qu’un clin d'oeil à la période sacrée du ramadan avec le croissant de lune et son ambiance nocturne. Profondément marqué par sa culture, auquel il aime à se référer, Amin Brush développe un style à la fois puissant en termes de couleurs et moderne via les dynamiques géométriques et les effets d'illusion, de profondeur, et de reliefs. Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @brushamin

Sitou

Sur cette fresque, l’artiste togolais Sitou a réuni des symboles ouest-africains depuis le wa, les perles et cauris, le masque soleil burkinabé, jusqu’aux motifs du bogolan qui apparaissent en toile de fond. Au centre, il a installé un somptueux visage féminin, symbole, pour l’artiste, du vivre-ensemble. « J’ai associé le visage en miroir à un caméléon, lui aussi, symbole africain et représentatif de la capacité d’adaptation de chacun d’entre nous. Ce mur est un hommage à mon pays, le Togo, mais aussi à toute la région qui s’inscrit dans la voie du dépassement des frontières, à l’image même de ce festival Casamouja qui a permis de regrouper des artistes africains de divers horizons. Dans cette œuvre, les formes représentent chaque identité et les couleurs symbolisent les valeurs associées à chacune de ces identités. Quant aux lignes de force, elles matérialisent les liens que nous créons chaque jour et encore plus à travers des évènements tels que ce festival. L’ensemble de ce mur est à voir comme un livre ouvert sur la diversité et les richesses culturelles et sociales de notre continent, l’Afrique. » Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @sitoumatt

Nofal

Dans ses créations, l’artiste égyptien Nofal met régulièrement à l’honneur l’histoire de son pays en l’adaptant au style moderne de personnages issus du mouvement graffiti. Il développe ainsi une street culture inspirée de l’Egypte ancienne qui reprend des éléments traditionnels avec une touche et un style décomplexé inspiré de notre époque. Sur ce mur, Nofal a choisi de mettre à l’honneur l’ancienne reine Hatshepsut, cinquième souverain de la 18ème dynastie. On lui doit le grand temple Hatshepsut et le Hua construit sur les rives du Nil dans la vallée des Rois de Theba. Autour d’elle, on reconnaît les gardiens du temple Osiris. C’est un véritable hommage rendu à la culture égyptienne ancienne égyptienne qui a su traverser les siècles pour continuer à nous inspirer. Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @nofal.one

Moh

C’est aussi la notion de force et les traditions qui ont inspiré l’artiste ghanéen Moh et tout particulièrement une célèbre femme ashanti qui a conduit son peuple à se battre pour la liberté. Elle est vêtue d’un tissu traditionnel Ankara Kente ou Ntoma. Chaque tissu, par les symboles qu’il reprend, fait référence à une des ethnies présentes au Ghana : Ashanti, Ga ou Dagomba. Chaque tissu a aussi une signification et transmet un message. En arrière-plan, on voit apparaître des symboles dorés Adinkra qui représentent l'unité. En dessous de la femme Ashanti, l’artiste a représenté un masque africain Sankofa qui rappelle la culture africaine. « Pour moi, le monde évolue et, en tant qu’Africains, nous sommes un peu influencés par d’autres cultures, ce qui nous fait parfois oublier notre propre culture. Invité à participer à Casamouja, j’ai eu envie de représenter l’unité africaine par le symbole Akoma Ntoso qui veut dire que « notre coeur est lié ». Cela signifie qu’il y a de la compréhension entre nous et de la tolérance. Le symbole Akonefa illustre le courage dont nous devons faire preuve pour croire en nous-mêmes et en notre identité », souligne l’artiste. Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @mohawudu

Ser & Krafts

Cette deuxième fresque est le résultat d’un très fructueuse collaboration artistique entre l’artiste algérien Ser et du sénégalais Krafts. Ser a réalisé un graffiti wildstyle très détaillé directement inspiré des formes végétales de sa région natale, Tlemcen, auxquelles s’ajoutent de feuilles de menthe et d’hibiscus, des figues de barbarie et d’autres formes organiques harmonieuses. De son côté, Krafs a représenté le griot traditionnel, à la fois gardien du temple et messager muni d’un tambour qui traverse toutes les époques. Il est le détenteur de la tradition orale, l'art de parler, de transmettre l’histoire afin de nous préparer à affronter le présent et l’avenir. Tout autour, l’artiste a illustré les différents éléments de cet univers par des symboles : des guerriers avec les patterns de tissus Masai Shuka, les dynasties égyptiennes avec le collier pharaonique et la croix Ankh (la croix de vie) faisant référence aux voyages spirituels, le peuple Akan avec le Nyame Ye Ohene, symbole de la majesté et de la suprématie de Dieu. Le masque en bois fait directement référence aux racines africaines, sous la forme d’un lion qui évoque la force de l’union. Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @kraftsxalil @ser.oner

Socrome

Dans sa fresque mixant des techniques réalistes, pour le portrait, et des techniques graphiques, pour la végétation, l’artiste Socrome de @swanastudio a mis en scène une femme comorienne cueillant un fruit dans un arbre. Les motifs sont inspirés des « Lesso », un tissu traditionnel des Comores porté par les femmes. Sur tous les lessos, on retrouve des compositions de motifs colorés agrémentées d’une phrase où un dicton. Fidèle à cette tradition, l’artiste à ajouter un dicton comorien sur sa fresque sur laquelle on peut lire « Yaheya mdri gudjuo yeza mdjusa », ce qui veut dire « Celui qui monte sur un arbre sait ce qu'il va chercher ». Adresse : Boulevard Ghandi Instagram : @swanastudio

ST4 The Project

ST4 The Project est un duo né de la rencontre de deux jeunes talentueux, Yassin et Sadok, qui partagent la même passion pour le street art. Ils ont commencé par de simples tags et graffitis sur les murs de Tunis afin d’exprimer publiquement leurs identités et leurs cultures dans le milieu urbain. Riches de la compatibilité de leurs visions artistiques respectives, ils ont développé une esthétique unique qui les a conduits à participer à divers projets artistiques en Tunisie et au-delà des frontières de leur pays, notamment en France, au travers du projet Boulevard Paris 13, et désormais au Maroc. « Cette première expérience à Casablanca a été passionnante. Nous avons passé 10 jours à peindre et à nous promener dans une ville qui nous a fait nous sentir tout de suite comme si nous étions chez nous. C’est fabuleux de réaliser combien nos deux pays ont de similarité. C’est aussi passionnant d’en explorer les différences. Nous avons rencontré plein de gens magnifiques et nous aimerions remercier Casamouja pour nous avoir fait venir au Maroc. Nous espérons revenir! » ont souligné Yassin et Sadok. Adresse : Boulevard Al Joulane, Salmia 2 Instagram : @st4_theproject

Dynam, Med, Older et Bakr

Les street artistes Dynam, Med, Older et Balr ont investi le mur de la piscine de Salmia et réalisé, en collectif, une fresque monumentale tout en romantisme. Une invitation à rêver et… à se donner les moyens de concrétiser ses rêves. Adresse : Boulevard Al Joulane, Salmia 2 Instagram : @dynamart @med.zed1 @ baker.add @oldrwlid

Abid

Abid est un membre du studio Placebo, la référence incontournable en matière de studio de création dédié à cette pratique au Maroc. Issu du graffiti classique fait de lettrages aux mouvements, aux courbes et lignes droites issus de la mouvance new-yorkaise, cet artiste talentueux excelle également dans les grandes fresques figuratives, comme il nous le prouve ici avec ces êtres tout en mouvement. Adresse : Skate Park, Place Rachidi Instagram : @abidwane

Zepha

Les immenses cercles concentriques de Zepha (Vincent Abadie Hafez) attirent tous les regards des passants de la place Rachidi. L’artiste français, qui vit et travaille à Toulouse, est l’un des grands de la scène street art internationale. Formé aux arts graphiques, il enrichit sa pratique en se consacrant à l’apprentissage des techniques calligraphiques traditionnelles, portant notamment son attention sur les interactions plastiques des styles orientaux et occidentaux. Il développe ainsi un langage visuel singulier à travers ses recherches sur la déconstruction de la lettre et la portée transculturelle des signes qu’il intègre dans des compositions abstraites et précises. Reconnu comme l’un des fondateurs de la calligraphie urbaine, ses œuvres monumentales sont intégrées dans l’espace public de nombreuses villes en Europe et au Moyen-Orient. Adresse : Skate Park, Place Rachidi Instagram : @zepha1

OLDR

Oldr, Jeune artiste originaire de Taza, passionné par l'art et le breakdance, a voulu représenter la fin de l'enfance et le moment difficile du passage à l'âge adulte avec les personnages de Belle et Sébastien. La chute mais les amis et la famille symbolisée par Belle qui garde un oeil serein et protecteur comme si elle savait qu'il fallait parfois souffrir pour grandir. Les éléments qu’il a ajoutés (bateaux, maison, tronc d'arbre, cloche) sont tirés du dessin animé et la voiture de collection est un élément qu’il place dans toutes les œuvres de sa dernière série.
Compte Instagram : @oldrwlid
Adresse : Intersection rue Socrate et rue Ali Benabderrazak (en face du complexe Mohammed V).

MED

‘Med’, ou avec son vrai nom Mehdi Zemouri, jeune artiste né à Meknès en 1993, a décidé de représenter un symbole de la jeunesse avec géant Grendizer/Goldorak qu'il a finement inséré dans ses patterns abstraits et dynamiques fait de géométrie, rappel architectural et spontanéité de l'art urbain.
Compte Instagram : @med.zed1
Adresse : Intersection rue Socrate et rue Ali Benabderrazak (en face du complexe Mohammed V).

BAKR

Pour cette façade en face du Stade Mythique de Casablanca, Baker, un artiste marocain a choisi de faire un clin d'œil à tous les enfants et adolescents qui ont rêvé de devenir footballeurs avec l'influence du dessin animé Captain Majid. L'idée est de représenter les ambitions du jeune joueur, le soutien de la famille par la main tendue de la maman, et le clin d'œil à ce dessin animé qui nous a tous marqué. Bakr a pris du plaisir à représenter cela dans un intérieur traditionnel marocain avec une gamme de couleur plus vives que sa palette habituelle pour accentuer la positivité du message.
Compte Instagram : @bakr.add
Adresse : Intersection rue Socrate et rue Ali Benabderrazak (en face du complexe Mohammed V).

MOKA

Moka est un artiste chilien indépendant vivant à Bordeaux. Passionné depuis son plus jeune âge par le dessin, il commence le graffiti et rejoint les crew LGC VEC. Son expérience à Casablanca est particulière, il avance : « J'ai voulu représenter une scène comme si le mur était une page de bande dessinée avec comme personnage principal mon avatar qui est devenu un adulte autour des personnages des dessins animés de son enfance ».
Compte Instagram : @vida_moka
Adresse : Intersection rue Socrate et rue Ali Benabderrazak (en face du complexe Mohammed V).

AMIN BRUSH - AMOUR

Né en 1980 à Casablanca, Amin Brush alias Amine Hajila est aréographiste, artiste peintre, tatoueur et street artiste confirmé ! Et pour cause, il baigne dans le dessin depuis sa plus tendre enfance. A l’âge de 6 ans, il découvre les œuvres au stylo de l’artiste de talent qu’était sa mère. Elle dessinait des portraits, dans ses œuvres Amine Brush lui rend hommage car c’est de sa technique qu’il s’est inspiré. On découvre donc, une œuvre pleine de recherche : contrastes forts, illustration et réalisme... Avec une précision sans pareil, et mêlant 4 techniques qui lui sont chères : le pointillisme de l’art du tatouage, des motifs géométriques en 3D, identité marocaine et symboles ésotériques, Bush explore un thème universel, celui de l’amour, en représentant un couple âgé rencontré dans le quartier d’El Hank.

RESIDENCE : IRAMO & DYNAM - L’ADO REBELLE

Rencontrés dans le cadre de Casamouja by Wecasablanca, Iramo et Dynam se rendent vite compte que leurs styles et leurs envies sont compatibles et se mettent naturellement à graffer ensembles. Les deux artistes dépeignent une adolescente plutôt rebelle et la précision des traits de cette fresque semblent vouloir raconter une histoire. Entre fragilité et force, ce portrait relève de la science-fiction. Les deux street artistes ont en effet réussi a donner un côté mystique à ce visage en jouant avec la posture et les émotions de l’adolescente... une œuvre fantastique qui donnent l’impression de vouloir prendre vie. 

DYNAM INGRID BERGMAN

Immortalisée dans l’imaginaire collectif mondial par Hollywood, Casablanca n’a cessé de faire rêver. Et c’est cette dimension que Dynam, très jeune artiste de 23 ans a voulu exposer. Actuellement étudiant à l’école supérieure des beaux-arts, c’est un portrait très réaliste d’Ingrid Bergman (Ilsa Lund dans le film Casablanca) qu’il a choisi de peindre pour rendre hommage à la femme. Pourquoi ce choix ? Elle reste selon lui une icône moderne, une femme libre, une actrice audacieuse qui incarne la grâce et la simplicité. 

MAJID EL BAHAR - DREAM DE LA SERIE DE PORTAIT « DEEP PURPLE »

Majid est le premier street artiste de la région de Beni Mellal. Puni à 8 ans pour avoir utilisé une mallette de maquillage pour peindre un mur, 10 ans plus tard, il commence à peindre les murs de sa ville avec des portraits de Ray Charles et Jimi Hendrix. Partagé entre le Basket-Ball et sa passion pour le Street Art, c’est une blessure au bras qui mettra terme à sa carrière sportive et le poussera à se lancer définitivement dans l’art. Ici, comme dans beaucoup de ses réalisations, Majid questionne la représentation du regard et l’exploration de son potentiel expressif. Dans cette œuvre réaliste, une jeune femme pleine d’espoir et de rêve, qui lève les yeux au ciel. Un regard scintillant qui ouvre les portes sur des univers plus abstraits. Entre fiction et réalité, l’éclat de son regard nous dirige vers une nouvelle dimension. 

SAM KIRK - SISTER CITIES

Première femme à participer à l’aventure Casamouja by Wecasablanca dans le cadre du partenariat de Casablanca Events & Animation et World Business Chicago, Sam Kirk, est une artiste de renommée internationale. Elle est actuellement l’artiste officielle du Chicago Made SXSW. Primée à plusieurs reprises, exposant à New York, Miami, Washington et Minneapolis, elle trouve son inspiration dans ses voyages et ses rencontres. A Casablanca, elle restitue sa fascination pour les gens, les communautés et les différentes cultures du monde à travers 2 femmes jumelles, en tenue traditionnelle marocaine, cheveux au vent face à la mer... L’histoire que raconte Sam Kirk est profonde et empreinte d’optimisme, celle du jumelage des villes de Casablanca et de Chicago

KALAMOUR - ENTRE TRADITION ET MODERNITE

Artiste multidisciplinaire, Kalamour alias Abdellatif Farhate tire son nom d’un personnage de bande dessinée qu’il a créé et qui lui a collé à la peau. Passionné depuis sa plus tendre enfance par le dessin, la photographie, la peinture et la musique, il intègre les Beaux-Arts de Casablanca après un baccalauréat en Arts Plastiques. Artiste confirmé, il a exposé ses peintures au Canada dans plusieurs galeries et au Maroc à la Villa des Arts de Casablanca. L’angle choisi par Kalamour pour cette fresque est d’une modernité incroyable. Il nous invite à contempler une famille nouvelle génération, entre tradition et modernité. On y découvre un enfant libre en tenue traditionnelle, sur son skateboard. A gauche, sa mère qui l’enveloppe de toute sa force et son énergie... Un message très positif que Kalamour a souhaité transmettre aux jeunes du quartier d’El Hank.

IRAMO - TO THE MOON AND BACK

Faisant preuve d’un grand talent autant que d’une grande discrétion tout à son honneur, Samir Iramo se distingue par un univers pictural très humaniste. Iramo commence par faire du dessin et de la peinture sur divers supports. Il expose des visages sous leur jour le plus réaliste, avant d’y apporter des touches graphiques des plus hypnotiques... Sa maîtrise des expressions faciales, rides, textures et touches identitaires, le pousse à appliquer ce même travail sur ses fresques. Fidèle à son style réaliste, Iramo nous livre à travers cette fresque sa vision très personnelle, celle de la relation, existant entre la mère et son enfant. Intitulée - to the moon and back - (jusqu’à l’infini), on découvre dans son œuvre une femme au grand sourire, portant sur son visage les traces du temps et de la vie avec son enfant sur le dos.

El Hank

OKUDA - Mother Power

Oscar San Miguel Erice aka Okuda est un street artiste espagnol né en 1980 à Santander, qui vit depuis l’année 2000 à Madrid, où il a suivi des études aux Beaux-Arts à l’université Complutense. Caractérisé de pop-surréaliste, le style d’Okuda n’en reste pas moins empreint d’une forte essence urbaine et d’une dimension très humaine. Du Portugal à la Russie en passant par la Belgique ou l’Inde, les rues du monde entier sont colorées de ses chefs d’œuvre géométriques. Soucieux de mettre en exergue la réalité Okuda est, sous une apparente légèreté, un artiste engagé. Intitulée #MotherPower, et rendant hommage à toutes les mères du monde - pour reprendre ses termes - cette fresque d’Okuda, regorge de vitalité et de couleurs, et ses structures géométriques assimilées à des formes grisonnantes sur ce mur d’un immeuble d’El Hank, provoquent et marquent les esprits.

El Hank

PEST - PLUSTIC - DASHE

Cet artiste se lance dans le graffiti en 1987. Il est très vote influencé par le mouvement underground et le old school qui fait fureur dans les années 90's... Plusieurs années plus tard, son style, sa créativité et son trait brut font de lui une référence respectée et reconnue par ses pairs. 

Rue d'Indochine

ED ONER

Né à Casablanca, où il suit une formation en graphisme après on baccalauréat en arts appliqués, Mohamed Touirs, aka Ed Oner se fait depuis près de 6 ans un véritable nom dans le street art national. Mêlant de plus en plus le dessin à des lettrage, il compte plusieurs participations à des événements de street art de renom au Maroc. En constante exploration de divers univers graphiques et esthétiques, il était parfaitement dans son élément pour cette 5ème édition de Sbagha Bagha. 

Rue de Tiznit 

Danae

Canadienne du Québec, cette artiste réputée pour ses fresques murales est également connue pour la création de masques et de marionnette. Sa touche se reconnaît à ses oeuvres d'art colorées et fantastiques inspirées des traditions locales. Son travail invite à la réflexion sur le pouvoir du symbolisme, le mythe et la métaphore. Son univers pictural puise souvent sa consistance dans l'univers animalier. Elle a laissé à plusieurs endroits - y compris des zones de conflits - une trace colorée et impressionnante. 

Rue de L'Alma

WERC

A la fin du Boulevard Zerktouni, l’oeuvre colorée, vive, en rose, bleue et vert, au style très pop de l’artiste mexicain Werc tranche avec l’horizon de la mer. Le graffeur est au travail, sous un soleil de plomb, isolé sur sa nacelle, en altitude. Un lapin-homme-panthère à la symbolique énigmatique retient le regard du passant.

ROA

Au coeur du quartier Bourgogne, on peut voir dans un style sombre et pénétrant, en noir et blanc, la fresque peinte par le Belge Roa. L’artiste, sans cesse en voyage, s’inspire des animaux de chaque pays où il se rend pour travailler. Ici au Maroc, l’artiste a joué sur les textures pour créer un effet d’écailles : une tortue surplombée par un serpent voluptueux, lui-même surmonté d’un caméléon.